vendredi 14 juin 2013

Obsolescence programmée

Voici un court texte que je viens d'improviser pour participer à un concours afin de gagner un ordi. Il y avait une sorte d'expression libre invitant à imaginer le devenir de l'humanité dans 1000 ans. J'ai pondu ça rapidement :

Obsolescence programmée

L'humanité n'avait pas tellement changé, mais elle avait appris à se connaître, totalement.
Son corps et son esprit n'avaient plus de secrets réels pour elle. Le corps était réparable, voire interchangeable. Cela avait rendu l'homme virtuellement immortel.
L'esprit aussi avait été cartographié et l'homme avait adapté ses connaissances à sa façon d'apprendre, si bien qu'il avait enfin débloqué quelques unes des facultés mentales qu'il ignorait encore jusque là.
Seule l'âme posait toujours problème, cette notion indéfinissable que l'on croyait inventée existait-elle finalement ? Toujours est-il que même l'esprit le plus aguerri ne pouvait supporter un transfert dans un nouveau corps qu'une petite dizaine de fois : au-delà, il semblait s'autodétruire comme un virus informatique corrompant une unité de stockage, ou un cancer de l'esprit finalement : celui-ci se retournait contre lui-même et poussait l'homme à la folie, l'autodestruction et l'oubli total de lui-même jusqu'à ne devenir qu'une coquille vide, dépourvue de toute étincelle d'intelligence puis de toute étincelle de vie...

L'homme semblait avoir été construit autour d'un principe essentiel : sa propre obsolescence programmée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire