samedi 29 janvier 2011

Vieux compte rendu de campagne star wars (tales)

Je viens de remettre la main sur un vieux compte rendu de partie ou plutôt mémo de scénar que j'avais mené lorsque je testais ma version des règles star wars tales (C'est vieux ça !), non dispo sur ce blog mais trouvable sur le net [chercher : divagations d'Ikaar].

je m'étais fondé sur une campagne dispo sur le net mais qui était assez pourrie et que j'avais du profondément remanier un peu au débotté (je n'avais pas eu bcp de temps pour préparer), finissant par y incorporer en impro la trame de Kotor, le jeu video premier du nom.


ça n'avait pas mal fonctionné mais nous n'avons jamais pu poursuivre la campagne qui s'est arrêtée là.

ça m'a fait marrer de relire tout ça. Je poste, quelque fois que ça donnerait des idées à quelqu'un et avant que ça ne disparaisse dans un warp de disque dur.




-------------------------------------------ça commence ci-dessous :


Suite du scénario

PJ1 = Aymeric
PJ2 = Carl
PJ3 = Sylvain
+2 pnjs « recrutés » au cours de la campagne : Ulic et Antea.

Après avoir découvert la raison probable pour laquelle le monastère avait été réduit en cendre et s'être rendu sur coruscant, les aventuriers ont finalement rejoint un système perdu de la bordure extérieure pour retrouver la communauté de moines qui s'y est exilée.
Les jedis ont analysé le morceau d'Holocron sans en découvrir exactement le fonctionnement mais en découvrant qu'il s'agissait d'une des pièces d'un puissant artefact du côté obscur.
Les jedis leur ont confié pour mission de retrouver le second morceau, que les moines ont sans doute emmené avec eux, estimant que leur potentiel anonymat et leur rapport à la force non développé permettrait une mission discrète (d'autre part, ils ont d'autres problèmes urgent à régler : nous sommes au début de l'épisode 2).

Ce coup de poker est cependant dangereux pour les jedis car l'artefact est puissant et intéresse visiblement des forces bien supérieures aux PJs. Adi gallia s'est cependant assurée qu'elle garderait une trace des PJs en leur implantant une puce de transmission. Au delà des possibilités technologiques de cette puce pour émettre à longue distance, celle-ci permet aussi d'établir un lien de plus grande proximité entre Adi Gallia et les PJs, ce qui pourrait favoriser les usages de la Force à si longue distance. Ceci, elle l'a caché au PJ, mais c'est après tout une assurance pour eux, même si c'est parfaitement indiscret : Adi Gallia est en effet capable de ressentir leurs émotions, et d'user d'une télépathie relative avec eux au delà de l'hyperespace. D'autre part, il lui est possible d'explorer une partie de leurs pensées…

Mais le coup de poker est plus vaste : l'un des PJs est bien plus concerné qu'il n'y paraît par cet artefact puisqu'il l'a en fait recherché auparavant.
En effet, le personnage de PJ3 n'a pas tout à fait tous ses souvenirs… Il était en fait un disciple du côté obscur chargé de retrouver cet artefact. Il a cependant échoué et a été mis au jour par les moines, qu'il avait sous-estimé. Ceux-ci ont une conception pacifiste de la Force mais ne sont pas pour autant si vulnérables qu'il n’y paraît, leurs pouvoirs (faibles individuellement) s'accroissant avec le nombre.
C'est ainsi qu'ils sont parvenus à maîtriser le personnage de PJ3, ont appris ses objectifs, et qu'ils ont choisi, ne tuant pas leurs prisonniers, de se servir de leur ennemi tout en lui redonnant une chance de se purger du mal en lui. Les souvenirs de PJ3 ont donc été effacés en partie lors d'une cérémonie complexe et du pouvoir de la Force "modifier l'esprit" : pouvoir du côté obscur mais utilisé pour le contrer finalement.
Tous les souvenirs de PJ3 n'ont pas été effacés pour autant. Seuls les éléments liés à son passé de disciple du côté obscur, et plus vastement d'utilisateur de la Force, ont été effacés, le privant dans le même temps de ses pouvoirs, mais pas de son lien à la Force.
Pour le reste, l'histoire de PJ3 est exacte, il n'a plus de famille (il l'a décimé!), il a été l'un des stratèges conseillant la confédération du commerce (y compris pendant l'épisode 1) et dirigeant son armée. Le seuil détail, c'est qu'il ne s'est pas "enfui" de celle-ci même s'il les a trahi malgré lui lors de la mission qu'on lui avait confié au monastère. Ce sont les moines qui ont construit ce souvenir selon lequel il aurait décidé d'abandonner la confédération du commerce après avoir saboté l'un de leur vaisseau mère. Cet événement n'a jamais eu lieu, si ce n'est dans l'esprit de PJ3. S'il est effectivement recherché, ce n'est pas pour ce sabotage, mais bien pour sa "potentielle trahison" vis-à-vis de la confédération du commerce et surtout de ses seigneurs noirs.
L'ennuyeux, c'est que le monastère a été entièrement détruit, et les moines ont emmené avec eux dans le néant les informations qu'ils avaient recueillis sur la mission exacte de PJ3. Ils ont cependant eu le temps de passer une information sur le cas de PJ3 aux autres monastères.
Les Jedis ignorent ce fait, même si Adi gallia a senti quelque chose d'anormal chez PJ3 de même que son énorme potentiel resté apparemment latent (pas tant que ça!) dans la Force (en lui même anormal, comment n'avait-il pas été recruté par les jedis?).
Un autre élément a paru étrange à Adi Gallia : les autres compagnons sont également sensible à la Force sans avoir pour autant développé leur disposition (peut-être tardive). C'est comme si la Force les avait sauvegardé du massacre et les avait ainsi "choisi". Ceci a renforcé la conviction d'Adi Gallia de leur confier la mission.
Chacun des personnage avait une motivation pour se rapprocher de l'Holocron :
-PJ2, l'espion, a été engagé par un sous-fifre de Jabba qui a flairé la valeur de cet objet grâce à des informateurs particuliers (manipulés en fait par les Siths, depuis la disparition de PJ3, pour qu'ils retrouvent l'Holocron discrètement sans qu'ils aient à se rendre par eux-mêmes au temple) et qui compte doubler son patron et s'allier aux siths pour monter son propre réseau criminel.
-PJ1, jeune diplomate naïf, ne faisait qu'accompagner son mentor sous couvert d'une véritable mission diplomatique. Cependant, celui-ci ne lui a pas tout dit : il avait également été envoyé comme éclaireur par les jedis, non pas pour vérifier que les moines ne représentaient pas un danger (ça, ils le savaient déjà), ni pour conclure une alliance avec eux (quoique, il s'agissait d'un objectif secondaire), mais avant tout pour se renseigner sur la présence d'un éventuel artefact du côté obscur au sein de cette communauté. Le métier de diplomate et celui d'espion n'étant pas toujours incompatibles. Cependant, l'attaque du monastère n'était pas prévu et le mentor d'PJ1 n'aura pas eu le temps de faire son rapport (même si il avait bien découvert l'endroit où se situait l'artefact).

Arrivés dans le nouveau système, les PJs ont été bien accueillis malgré une certaine méfiance des prêtres. Les PJs ont du prouver leur valeur et ont ainsi découvert les problèmes politiques des différentes races cohabitant dans le système. Les kiouites, race ayant accueilli les moines sur leur planète, semblent avoir été agressés par les Damia, une race connue pour être belliqueuse.
Une alliance des autres races a condamné diplomatiquement les Damia, mais ceci n'a fait qu'attiser le conflit, d'autant que nombre de diplomates des autres races ont été attaqués à bord de leur navette de retour par des droïdes assassins… venus vraisemblablement de la galaxie d'origine des PJS (la république).
Si le conflit semble avoir absorbé les joueurs et leurs hôtes, les prémisses de celui-ci fait partie du test de confiance des moines, qui vise d'ailleurs davantage à tester PJ3 pour voir où il se situe par rapport à son alignement. Les moines de ce temple craignaient aussi de remettre l'Holocron entre les mains d'un ancien disciple du côté obscur.
L'épreuve a cependant été réussie et le fait que la valeur de PJ3 ait été confirmée, par les dires de ses compagnons au travers des récits de leurs aventures passées, a rassuré les moines.
C'est pourquoi :
  1. Ils ont commencé à le (re)former aux arts lumineux de la Force en lui inculquant les principes de base (selon leur philosophie).
  2. Ils ont accepté de donner les coordonnées du monde sur lequel ils ont caché l'Holocron (le lieu où il avait été trouvé il y a plusieurs siècles de cela) et ont convenu qu'il devait être amené aux jedis (pour une meilleure protection) ou détruit.
Le monde en question est sous domination Aranite (des hommes araignées à la peau bleu nuit et se situe à la frange de cette galaxie). Les PJs doivent s'y rendre au plus vite pour récupérer l'Holocron. Les moines leur ont décrit ce monde comme verdoyant et accueillant.

Lorsqu'ils arriveront en approche de la planète (guidés pas les infos du moine et par une vision de PJ3 due à la Force), ils auront la surprise de voir un vaisseau blocus (type épisode 1) de la fédération du commerce en orbite autour de la planète, et en barrant l'accès.
Trois possibilités s'offrent à eux : la modification des codes transpondeurs du vaisseau, le bluff(ces deux possibilités ne peuvent normalement fonctionner, puisque le vaisseau appartient clairement à la galaxie de la république, mais réussiront tout de même : en gros, on les laisse passer… mais on ne les laissera pas partir!), ou enfin foncer vers la planète en espérant forcer le blocus grâce à leur plus grande mobilité, leur plus grande vitesse, et à la connaissance des manœuvres stratégique de la confédération qu'a PJ3.
Nouvelle surprise lorsqu'ils arrivent sur la planète : celle-ci est clairement en train de mourir sous l'effet dévastateur de pluies acides.

Point sur ce qui se passe vraiment au niveau des différentes races et du conflit politique :
En fait, les Damia sont innocents… ou presque. Ils ont effectivement du aller sur les mondes de différentes races pour prendre les ressources nécessaires à leur survie. Ils subissent eux aussi une invasion de leur monde capitale par la fédération du commerce (et les forces ayant déjà fait, officieusement, sécession avec la république). Leur peuple a été vaincu, mais conserve une autonomie relative, et réunit des ressources nécessaires à la fédération du commerce et à leur propre survie, sans que leur monde suffise à cette saignée. La confédération se sert d'eux pour accumuler un maximum de ressources mais surtout déclencher un conflit à grande échelle avec les autres peuples au profit des …kiouites qui se sont alliés à la confédération pour asseoir leur domination sur ce système en échange :
  1. des ressources dont les séparatistes ont besoin pour leur propre guerre prochaine face à la république.
  2. De l'artefact du côté obscur que recherche darth purple (nom provisoire).
  3. De l'extermination des moines (premier pogrom de ceux qui sont liés à la Force, juste une étape dans ce que prévoit Palpatine pour l'avenir)…
Les damia n'ont rien dit lors de l'entrevue diplomatique sur le satellite PAX car les envahisseurs détiennent le couple royal (auquel les damia tiennent beaucoup, par honneur tout d'abord, et pour leur survie : seule la reine étant habilitée à donner naissance…) et menacent de les exécuter.
Les Damia ignorent l'alliance des séparatistes et des kiouites pour l'instant, mais se demandent comment ces envahisseurs étrangers pouvaient connaître leurs défenses et les éléments vitaux de leur civilisation (ce sont les kiouites qui ont donné ces renseignements).
Les kiouites espèrent qu'avec l'aide des séparatistes (pourtant tout prêt à les abandonner une fois qu'ils auront obtenu ce qu'ils veulent) et d'une guerre totale dans laquelle ils apparaîtraient comme les premières victimes, ils parviendront à prendre l'ascendant sur les autres races du système et à élargir leur domination.

Voilà pour le point politique de l'histoire.

Sur la planète Aranite :
Après avoir constaté les dégâts causés par la fédération à la planète Aranite, les PJs ont découvert une délégation d’indigènes qui ont accepté de les emmener à l’ambassadeur que les PJs avaient rencontré sur PAX. Celui-ci leur a expliqué que la planète mourrait à cause de la politique d’extraction de ressources menée par les envahisseurs de la confédération. Les Aranites tentent de construire un dernier vaisseau, unique et gigantesque, qui leur permettrait de transporter la majeure partie de la population jusqu’à une nouvelle planète plus accueillante. Leurs derniers chasseurs auront pour rôle de tenir les droïd starfighter suffisamment éloignés (quitte au sacrifice) pour que le vaisseau-mère ait le temps de forcer le blocus.
Les Aranites, après avoir écouté longuement les explications des PJs sur la raison de leur venue, décident de leur confier cinq de leurs membres qui les guideront au travers des galeries jusqu’au temple où est sans doute renfermé l’Holocron.
Les PJs arrivent donc en vue du temple, une immense pyramide à paliers (de style Maya), et observent les gigantesques statues, à l’effigie d’un jedi, semble t-il qui en gardent l’entrée. Une fois à l’intérieur, les PJs entendent une escouade de droids de la confédération approcher. Ils parviennent à se dissimuler et à continuer leurs chemins. Ils constatent qu’ils sont guidés par l’Holocron qui devient de plus en plus frénétique au fur et à mesure qu’ils approchent de son autre pièce (modification de formes et des diagrammes le couvrant). Suivant ses réactions, ils se dirigent vers le haut du temple en sa pièce centrale. Ils s’attardent également à observer les fresques ornant les murs et découvrent ainsi une partie de l’histoire de l’ancien propriétaire de l’Holocron, ainsi que son nom : Marka Ragnos.
Coincés face à un mur où s’achèvent les fresques et où l’Holocron réagit de + en +, ils se servent de ce dernier pour activer une porte dissimulée. Ou plutôt quatre, car dans la pièce où ils pénètrent 3 autres portes se sont activées en même temps. Au centre de cette pièce, l’Holocron trône sur un autel central éclairé par la lueur de la lune filtrant au travers d’un orifice dans le plafond. Flairant un quelconque piège, les PJs se sont cependant approcher de l’Holocron pour s’en emparer. Au moment, où ils allaient le faire, ils aperçurent dans l’obscurité d’une des portes la lumière caractéristique d’un sabre-laser. Un être encapuchonné s’approcha pour réclamer l’Holocron. Dans le même temps, chaque issue était bloquée respectivement par 4 droids. Cherchant d’abord à convaincre les PJs, la jedi sombre n’attaqua pas et se décapuchonna révélant son visage orné de cheveux mauves de diverses teintes. Elle les jaugea, visiblement surprise qu’ils ne soient que 3, comme si elle attendait une autre personne. Lorsqu’elle n’eût pour toute réponse que leur silence, elle tendit la main pour saisir l’Holocron grâce à la Force, mais l’un des PJs eût cependant le temps de s’en saisir avant elle. Ils étaient cependant bloqué comme le leur faisait remarquer la jedi noire. Ne sachant que faire, Antea remarqua cependant que la lumière de la lune qui filtrait par le plafond avait disparu, remplacée par les quelques lueurs caractéristiques d’un vaisseau. Elle le fit discrètement remarqué aux autres. L’un d’eux s’aperçut alors que son comlink demandait l’activation depuis un bon moment. Il le brancha et la voix caractéristique d’Ulic se fit entendre, il stationnait au dessus de la pyramide leur demandant s’ils avaient des ennuis. Ses compagnons lui ordonnèrent de faire sauter le plafond. Il s’exécuta leur conseillant de se mettre à l’abri. Plusieurs furent blessés dans l’éboulement qui s’en suivit. La jedi fut contrainte d’utiliser ses pouvoirs pour stabiliser le poids des débris au dessus d’elle. Les droids tirèrent blessant les compagnons d’Ulic, qui répliqua avec le petit canon en tourelle du vaisseau. Les PJs furent accabler par un terrible mal de tête avant de tenter de bondir sur les débris retenus par la jedi pour rejoindre le vaisseau. Contre toute attente, ils y parvinrent réalisant un saut de plusieurs mètres. Antéa n’en eu pas le même réflexe ou les mêmes capacités et attaqua la jedi, rompant encore un peu plus sa concentration et faisant ainsi tomber un peu plus les débris. Malgré les tirs soutenus les PJs parvinrent à rejoindre la passerelle du vaisseau lançant une corde à Antéa. Celle-ci n’eut pas le temps de s’en servir. La jedi se débarrassa enfin des débris en les propulsant contre un mur et les droids concentrait leur tir sur Antéa, la désintégrant presque sous les tirs répétés de leurs blasters. Ulic mit les gazes et fonça vers l’espace. Grâce à leur avance et à l’effet de surprise, ils purent percer aisément le blocus, et s’échappèrent. Mais avant de passer en hyperespace, l’un d’eux fut assailli par un contact télépathique avec la jedi noire lui disant : « La prochaine fois, il n’y aura pas de temple s’écroulant pour vous sauver. Faîtes moi cependant le plaisir de saluer de ma part mon ancien disciple… ». Les traits de lumières caractéristiques du passage en hyperespace mirent fin à la télépathie et confirmèrent le succès de leur fuite.

Retour dans la galaxie
De retour dans leur galaxie d’origine, les PJs devraient normalement se rendre sur Coruscant. Lorsqu’ils arrivent, la république se remet doucement de la tentative d’assassinat de la sénatrice Amidala. Celle-ci a été mise en sécurité sur Naboo en compagnie du Padawan Skywalker. Le maître Jedi Obiwan Kenobi a été chargé de l’enquête et vient de découvrir la confection très avancée d’une véritable armée de clones sur Kamino. Pendant ce temps, on apprend que certains systèmes et certaines sociétés se sont rapprochés de la confédération et menacent de cesser toute activité avec une république qu’ils jugent trop corrompue, inefficace et trop faible. Les diverses missions diplomatiques envoyées chez ces séparatistes n’ont rien changées à la situation, et les ambassadeurs sont revenus bredouilles, lorsqu’ils sont revenus.
Les jedis pressentent un vent de changement négatif et sont donc affairés par ces divers problèmes. De nombreux sénateurs commencent à réclamer la création d’une armée républicaine ayant un rôle de protection des systèmes appartenant encore à la république, et qui réclament une protection plus effective. D’autres, de plus en plus minoritaires (dont la sénatrice Amidala) refusent toujours cette idée arguant qu’une armée républicaine ne ferait qu’accentuer les hostilités et finirait de convaincre certains systèmes neutres contre la république.
Malgré cette agitation, les PJs ne sont pas accueillis dans l’indifférence. Adi gallia a précédé leur retour (les ayant senti arriver) et se félicite de leur succès même si elle déplore la perte d’un de leur compagnon. Elle est très impressionnée que les PJs aient réussi à fuir une jedi noire et leur révèle le lien à la Force qu’elle avait déjà senti en eux. Le fait que 3 êtres sensibles à la Force se soient trouvés sans pour autant que leurs pouvoirs n’aient été détectés auparavant par les jedis est tout simplement extraordinaire et ne saurait être dû au hasard.
Les PJs sont acceuillis avec les honneurs et leur découverte du second Holocron satisfait les jedis même s’ils sont inquiets au sujet de leur rapport sur la jedi noire aux cheveux mauves. Adi Gallia nie, en toute honnêteté, avoir jamais été la padawan de cette femme.
Les jedis payent leurs dettes envers les PJs. Ils les hébergent dans un des grands hôtels de Coruscant durant la nuit où les holocrons sont analysés. Le lendemain, les Jedis convient les PJs à une réunion : cette fois, leurs conclusions sont sans appel. Les holocrons, qu’ils sont parvenus à assembler forment une espèce de boussole qui permettrait de retrouver les deux autres pièces manquantes. Le tout devrait indiquer un point précis de l’espace où quelque chose a été dissimulé. Il s’agit de plus d’un artefact du côté obscur créé par Marka ragnos, l’un des plus anciens Siths ayant existé. En lui-même, l’Holocron final n’a sûrement aucun pouvoir mais contient certaines connaissances de Ragnos qu’un Sith ou un Jedi pourrait apprendre et utiliser à son avantage. En ce sens, l’Holocron final devrait être isolé ou détruit, ainsi que cette chose dissimulée quelque part dans l’espace si elle s’avérait dangereuse. Cependant, en cette période de trouble, si l’Holocron pouvait en apprendre davantage aux jedis sur les ennemis actuels de la république, ce serait une bénédiction.
De plus, les jedis sont désormais convaincus que les PJs ont été appelés par la Force, ou l’Holocron lui-même, et ont donc un rôle à jouer dans cette affaire.
Cependant, les jedis comprendraient que les PJs souhaitent s’arrêter là et respecteront leur décision.
Si les PJs acceptent de continuer cette dangereuse quête, le vaisseau qui leur avait été confié leur sera offert, amélioré pour gagner en vitesse et en puissance et bien sûr, tout code transpondeur changé. De plus, un membre de l’ordre Jedi les secondera pour les guider et les protéger d’une probable nouvelle rencontre avec la jedi noire qu’ils ont déjà rencontré.

Maintenant que les deux holocrons ont été assemblés ils forment un losange qui s’active et se désactive en plaçant les différents symboles dans des ordres bien précis. Lorsqu’il est activé, le losange flotte dans les airs à quelques centimètres du sol ou de la paume de la main de celui qui le tient. Il indique alors une direction à suivre de manière Nord-Sud, projetant parfois des hologrammes représentant certaines des grandes constellations connues afin de faciliter l’orientation. Les jedis ne savent pas pour le moment maîtriser l’apparition de ces hologrammes. Ces hologrammes sont apparus deux fois dans la nuit après de multiples manipulations. A chaque fois, la constellation représentée et la direction étaient la même, ce qui semble indiquer dans un premier temps qu’il faille se rendre dans le système de ….
Rien de plus précis le moment, mais l’Holocron s’activera peut-être à nouveau une fois dans ce système pour donner des indications plus précises, du moins Adi Gallia l’espère t-elle. Mais son instinct l’a rarement trompé.

A partir de là, le scénario va plus ou moins suivre la trame du jeu video « knight of the old republic » avec quelques changements, et un décor de fond différent, à savoir les débuts de la guerre des clones (notamment celui décrit par les BD clone wars)…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire