samedi 21 mars 2009

Quelques pnjs pour Imputrescibles (5) : Elisabeth Feix

Et encore, et encore... Une chasseuse pro... tombée de l'autre côté.

PNJ 5 : ELISABETH FEIX
Occupation : Ancien zombie hunter.
Profil : Zombie.
Histoire :Élisabeth Feix était un agent modèle du FBI qui fut rapidement recrutée au sein des Zombie Hunters et reconnue par ses pairs après quelques missions de reconnaissance ou d'élimination aux alentours directs de Little Italy.
Mais la vie au centre Finner n'est pas de tout repos et Élisabeth, célibataire lors de son recrutement au sein des ZH, s'habitua rapidement à sortir avec certains de ses collègues lors des quelques heures de permissions qui leur étaient accordées . Cependant, l'obsession de ses collègues hunters pour les missions ou les zombies la fatigua assez vite et c'est assez naturellement qu'elle se tourna vers le professeur Stig : d'origine étrangère, relativement isolé par rapport à d'autres membres du centre et ayant une conversation plus atypique que les homologues d'Élisabeth, il lui offrit son lot d'exotisme et de dépaysement et la reposa des sempiternelles conversations sur les zombies. Il lui parla notamment de sa famille et de ce qu'était la Suède avant la guerre et l'apparition du virus.. Elle évoqua son enfance dans l'Iowa et son parcours jusqu'à son recrutement dans le FBI de Chicago, en évitant soigneusement de parler de ce qui lui était arrivé depuis qu'elle avait rejoint les ZH. Ils se trouvèrent des points communs et se fréquentèrent plus assidûment, toujours en dehors du centre et sans pour autant dévoiler les débuts de leur relation au grand jour. Stig y trouva surtout une respiration dans le travail qui lui pesait et les cas de consciences qui commençaient à germer dans son esprit. Il se sentit un peu coupable par rapport à sa famille restée en Suède mais cela ne fit finalement pas le poids et il décida de vivre cette relation dans l'instant présent.
Au bout de quelques cependant, Élisabeth tomba enceinte. Elle en parla à Franck qui en fut bouleversé mais ils décidèrent de garder l'enfant même si Stig aurait pu trouver un moyen de le « faire passer ». Elle décida néanmoins de cacher sa grossesse à ses supérieurs pour ne pas être mise à pied et rester en contact avec Franck. Les missions se firent plus dures mais Élisabeth tint le choc. Par chance, elle ne grossit pas énormément et cela lui facilita grandement les choses. Malgré un léger embonpoint naissant, ses supérieurs ne s'aperçurent de rien. Seule une de ses collègues, Marcia Ronald, eut quelques doutes mais ne les évoqua pas, par sympathie pour sa collègue. Tout juste lui dit-elle qu'elle la trouvait pâle et qu'elle devrait consulter. Élisabeth s'arrangea pour éviter ou écourter toute visite médicale et tint bon, même si elle craignit à plusieurs reprises de perdre le bébé. Franck commença à élaborer des plans pour lâcher le centre mais il avait peur d'être poursuivi et Élisabeth tenait encore à son travail malgré tout : sans parents proches et sans travail, elle ne saurait subsister correctement pour le bébé, et Franck et elle n'étaient pas mariées, ils n'avaient d'ailleurs jamais évoqué la question.
Pourtant, quand Élisabeth arriva à six mois de grossesse, il était clair qu'elle ne pourrait tenir encore longtemps. Elle accepta encore quelques missions mais s'était résignée à tout dévoiler à ses supérieurs une fois qu'elle les aurait accomplies. Stig avait continué à organiser leur possible fuite vers le canada en parallèle mais elle ne voulait pas en entendre parler.
Malheureusement, Élisabeth n'eût le temps d'accomplir ni l'un ni l'autre des projets car au cours d'une de ses missions aux abords de Little Italy, elle et son groupe durent faire face à un trop grand nombre de zombies -visiblement organisés- et leurs munitions anti-trioxine ne leur furent que de peu de secours. Gravement blessée et mordue à plusieurs reprises, Élisabeth parvint quand même à s'enfuir par les égouts. Elle parcourut plusieurs centaines de mètres jusqu'à trouver une vieille galerie visiblement condamnée où elle put se dissimuler et enfin s'affaisser. Elle se banda rapidement n'en pouvant plus, épuisée par ses blessures et le sang qui s'en était écoulé en abondance. Elle hésita à se suicider sachant pertinemment à quel processus ces morsures allaient conduire. Mais elle n'en eut pas la force : une main sur le ventre, l'autre sur la gâchette, les yeux noyés de pleurs, elle s'évanouit enfin.
Elle reprit conscience très peu de temps après et dut faire un effort pour se remémorer les événements. Elle n'avait plus mal. Plus du tout. Elle ne saignait plus non plus, ou en tout cas beaucoup moins. Hésitante, elle porta sa main son cou pour prendre son pouls et réaliser ce qu'elle présageait déjà : elle n'en avait plus et était donc morte. Morte-vivante. Étrangement, elle ne fut pas saisie de l'horreur qu'elle avait si souvent ressentie à l'idée de l'éventualité de sa zombification. Elle avait en tout cas les idées claires, savait qui elle était, ses souvenirs étaient intacts : rien ne semblait avoir changé par rapport à son vivant. Excepté le sentiment de faim qui la tenaillait, et elle savait tout à fait de quelle faim il s'agissait.
Elle porta à nouveau sa main au ventre pour sentir le bébé tout en pensant à Franck resté au centre. Elle ne sentit rien pendant les dix premières minutes. Franck qui serait sûrement abattu par sa disparition mais ne pourrait rien laisser transparaître. Ni pendant la demi-heure suivante. Franck qui étudiait depuis si longtemps le processus de zombification et n'avait trouvé aucun remède, jamais. Puis, au bout d'une heure, affamée et toujours en pleurs, elle le sentit à nouveau bouger. Il remuait encore. Qu'il soit mort ou vif, quelque chose existait encore dans son ventre. Elle ne sut pas si elle était soulagée ou apeurée de cette nouvelle mais elle se releva pour se diriger vers une nouvelle bouche d'égout et remonter à la surface. Elle laissa là sa tenue de ZH mais pris le reste de son équipement, balles anti-trioxine compris. Des agents de la voirie qui travaillaient à proximité de la bouche d'égouts furent ses premières victimes : avec ses anciennes compétences et ses nouvelles capacités de zombie, elle n'en fit réellement qu'une bouchée. Elle les tua rapidement, froidement, sans aucune difficulté et laissa tomber leurs corps au bas des égouts où elle entreprit de les dévorer paisiblement. Lorsqu'elle mit finalement un terme à son premier festin, elle réalisa qu'elle avait consommé bien plus que ne l'aurait fait un zombie « normal ». Une seule conclusion s'imposa à son esprit : le bébé aussi avait faim et augmentait considérablement ses besoins. Il allait lui falloir tuer souvent et abondamment, mais peu importe : elle avait fait cela avec un tel sang-froid et une telle efficacité, sans l'ombre d'un remords, qu'il ne lui serait pas difficile de recommencer. Elle eut une nouvelle pensée pour Franck, se demandant ce qu'il pouvait faire à ce moment là. Elle se demanda également immédiatement et, sans doute malgré elle, si elle pourrait le dévorer. Elle chassa rapidement cette pensée de son esprit et attendit la nuit pour remonter à la surface. Elle pénétra dans de vieux toilettes publiques où demeurait un miroir crasseux mais suffisant pour évaluer les dégâts : hormis le sang séché qui ornait le bas de son visage et l'ensemble de son haut, sa figure ne portait pas trace de séquelles et demeurait la même qu'avant sa mort. On ne pouvait pas en dire autant de son corps qui portait plusieurs marques de morsures, de griffures et même un impact de balle : les zombies qu'ils avaient chassés, elle et son groupe, étaient décidément très organisés. Ses pensées furent interrompues par un couple de fêtard qui pénétrèrent dans les toilettes publiques en chantonnant et qui en furent pour leur frais, mais, cette fois, Élisabeth tua méthodiquement, en prenant soin de ne pas trop abîmer ses victimes, et notamment les vêtements de la femme dont elle avait besoin. Une fois rhabillée et après avoir pris soin de dissimuler comme elle pouvait ses blessures les plus flagrantes, elle ressortit dans les rues sombres de Chicago et y déambula discrètement, puis s'amusa à se mettre volontairement dans le faisceau de lumière diffuse d'un lampadaire lorsqu'une personne isolée passait afin d'observer sa réaction et de voir si elle voyait la différence. Malgré quelques regards méfiants, les résultats furent concluants et Élisabeth en déduit qu'elle pourrait bénéficier d'une relative tranquillité si elle savait rester discrète et planifier correctement ses repas. Elle finit par s'engouffrer dans un parc, et s'asseoir sur un banc afin de réfléchir un peu.
Comme elle s'y attendait, tous ses sens étaient en éveil et elle ne ressentait aucune fatigue. Elle caressa doucement son ventre et chanta une berceuse que Stig lui avait appris. Pendant toute la chanson, elle réfléchit : elle était désormais sans domicile puisqu'il était hors de question de retourner au centre Finner, en tout cas jamais de son plein gré. Ses collègues d'autrefois allaient désormais être ses pires ennemis. Elle connaissait leur efficacité et prit peur : malgré ses nouvelles capacités, il était clair qu'elle n'aurait aucune chance face à un groupe de ZH, d'autant que s'ils ne retrouvaient pas son corps, ils n'auraient aucun mal à comprendre ce qu'elle était devenu. Ils la traqueraient alors, faisant peut-être même de son exécution une priorité : après tout, elle était désormais très dangereuse pour eux aussi, elle connaissait leurs méthodes, une partie de leurs recherches, et une bonne partie du plan de centre Howard Finner. Elle n'allait donc pas être à l'abri très longtemps... sauf si elle allait là où les ZH ne pourraient venir la chercher, là où ses anciennes proies,et désormais ses semblables, s'étaient organisés et avaient peut-être créé une mini-société : Little Italy. Le problème était d'y entrer, la zone étant bien gardée par des patrouilles de ZH. Pourtant, les zombis qui avaient détruit son unité sortaient bien de quelque part... et ils en venaient plus que probablement. Élisabeth réfléchit jusqu'aux prémisses de l'aube, et jusqu'au renouveau de la faim qu'il lui faudrait calmer bientôt, tournant et retournant dans son esprit une multitude d'hypothèses jusqu'à ne faire apparaître qu'une possible explication : l'ancien réseau d'égout était peut être la solution puisqu'il courait encore sous Little Italy. Décidément le sort était très ironique : non seulement, elle, la ZH, était désormais devenue ce qu'elle avait consacré une bonne part de sa vie à chasser, mais de plus, elle avait fini par se transformer sur le lieu même qui lui permettrait de rejoindre la communauté de zombies parqués dans Little Italy : les égouts de la ville de Chicago. Il lui fallait se mettre en marche immédiatement, les heures qui s'égrenaient jouant contre elle, mais si quelqu'un pouvait réussir, c'était bien quelqu'un ayant reçu son entraînement, si paradoxal soit-il désormais. Elle s'apprêtait donc à s'enfoncer à nouveau dans les égouts, mais elle décida d'abord d'apaiser le bébé qui, depuis la fin de la berceuse, ne cessait de donner des coups alarmants dans le ventre de sa mère...


Description et interprétation : Élisabeth est une jeune femme athlétique de 26 ans et mesurant 1m71. Elle a les yeux verts et elle est brune aux cheveux courts, coiffés à la garçonne. Sa peau a toujours été relativement pâle et parsemée de nombreuses tâches de rousseur qui donnaient à son visage un aspect malicieux et plus féminin. Malgré sa très bonne condition physique, un critère absolument requis pour faire partie des ZH, elle a tout de la femme-enfant et sait profiter de la vie. Son intelligence est vive et elle possède une grande imagination ainsi qu'un bon sens de l'anticipation : elle n'a aucun mal à se mettre à la place de ses adversaires pour présager de leurs plans ou de leurs réactions à plus ou moins long terme. La relation qui la liait à Franck Stig était sincère et Élisabeth était réellement amoureuse. Sa maternité a été accueillie avec anxiété mais avec une certaine joie, comme si elle venait combler un désir profond, mais enfoui, d'Élisabeth. Sa toute nouvelle condition de zombie a changé pas mal de choses cependant. Son amour pour Stig n'existe plus réellement, ce n'est plus qu'une pantomime d'amour corrompue par la fureur de sa faim. Cette transformation aurait du l'abattre totalement d'un point de vue psychologique, Élisabeth s'étant toujours dit qu'elle se suiciderait si elle se savait contaminées, mais la naissance à venir et le fait que le bébé bouge encore malgré la mort d'Élisabeth lui a donné une force insoupçonnée, renforçant sa volonté de « vivre » et de le mettre au monde et reléguant toute morale, toute valeur, voire toute humanité, à un plan tout à fait annexe et superflu. Elle agit désormais comme une véritable louve en chasse qui fera tout pour protéger son enfant et arriver à terme (si terme il y a). A ceci près qu'elle a gardé toute son intelligence, toutes ses capacités, l'expérience liée à sa formation et une part de son équipement de ZH. Tout cela conjugué à la faim anormalement dévorante qui la tenaille à cause de sa « grossesse » (qui a tout de même l'intérêt de lui permettre de conserver une certaine « fraîcheur » de ses tissus), et il est aisé de comprendre combien Élisabeth Feix est devenue une femme dangereuse pour de nombreuses personnes, peut-être y compris elle-même puisque nul ne peut déterminer ce qui pousse exactement dans ses entrailles désormais...
Elle n'a cependant pas totalement abandonné toute humanité et garde un espoir fou et diffus même si elle ne se l'est pas encore formulé explicitement : une fois à Little Italy, elle espère s'y trouver un repaire -et peut-être des alliés (Charlie?)- pour lui permettre d'accoucher et d'y demeurer suffisamment de temps pour que Stig trouve un remède à son état et les « sauve ». Elle pense d'ailleurs lui faire part de sa « survie » via courrier une fois qu'elle sera « installée » et à l'abri.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire