samedi 21 mars 2009

Quelques pnjs pour Imputrescibles (2) : Le père Cortès

Hop la suite, un pasteur inspiré du film Le Blob, le père Cortés...

PNJ 2 : LE PERE CORTES
Histoire : le père Cortés n'a jamais suivi aveuglément ce que lui dictaient ses supérieurs religieux. Déjà avant que la coupure avec l'Europe, et donc le Vatican, ne soit entérinée, Cortés se considérait comme un fondamentaliste qui trouvait sa voie dans les écritures bibliques bien davantage que dans le discours officiel véhiculé par les grands pontes de l'Église. Certains le considéraient déjà à l'époque comme un extrémiste. Le fait que certains des membres les plus importants de l'Église aient préféré quitter l'Europe et abandonner leurs ouailles pour se faire « rapatrier » aux États-Unis n'a pas arrangé son jugement.
Rien ne s'était arrangé avec l'apparition des zombies dans la ville des vents. Alors que nombre de ses confrères rejoignaient l'Ordre du renouveau et considéraient ces « monstres » comme une manifestation diabolique, Cortés emprunta une voie radicalement différente et y vit un signe précurseur de l'apocalypse et de la volonté du « vrai » Dieu. Sa lecture assidue, monomaniaque, des textes sacrés ne fit que lui confirmer cette hypothèse. Si les autres hommes d'Église n'étaient pas assez éclairés pour le comprendre, c'est sans doute également que leur foi n'était pas suffisamment forte et que Dieu ne guidait pas leurs mains et leur esprit comme il le faisait pour Cortés.
Le père Cortés s'est donc résolu à préserver les zombies qu'il considère comme les nouveaux soldats de Dieu. Il a recueilli une petite communauté d'entre eux, qu'il avait parfois déjà aidé de leur vivant, les protège et les nourrit afin de maîtriser et ralentir l'évolution de leur transformation. Cependant, ses ouailles comptent des zombies de toute phase. Il pense qu'ils seront l'arme du jugement dernier et a commencé à s'en servir pour châtier des pêcheurs et les remettre aux mains de Dieu. Les pêcheurs qui se relèvent rejoignent la communauté de Cortés, lavés de leurs pêchés par la mort qu'ils viennent de rencontrer, et le servent en mettant à profit la « résurrection » que leur a permis le Seigneur. D'autres sont simplement laissés à l'abandon, errant dans les rues et accomplissant à chacun de leur forfait la justice divine, supérieure, immanente et parfois incompréhensible. Mais chacun sait que les voies du Seigneur sont impénétrables.
Cortés a fini par contracté le virus, même s'il n'est encore qu'en phase 1. Il en dissimule les quelques traces mais considère de plus en plus cet état comme une récompense divine, ce qui le conforte dans ses exactions. Aucun véritable signe ne transparaît pour l'instant : Cortés n'est pas encore décédé et passe pour un être humain tout ce qu'il y a de plus normal. Il conserve donc une activité sociale importante. Mais chaque nuit, il retrouve ses protégés dans ---------------------------, leur fait un sermon et leur désigne les victimes que Dieu lui a suggéré dans ses visions ou ses rêves prémonitoires.
Mais Cortés est certainement encore plus fou qu'il n'y paraît et bien plus dangereux. Il ne se contente pas de mener sa petite armée de zombies contre les vils pêcheurs qui polluent Chicago ou de lâcher de temps à autre un phase 3 pour qu'il accomplisse au hasard la volonté divine en s'en prenant à la foule. Le père Cortés mène aussi des expériences sur la contamination depuis la fondation de sa communauté.
Il a autant de cobayes -volontaires- qu'il le désire et en a appris beaucoup, d'autant qu'il a toujours été un érudit et possède de nombreuses connaissances dans des domaines très divers, y compris scientifiques. A force d'acharnement et de patience, il a réussi à inoculer « la marque des justes » (c'est ainsi qu'il appelle la Trioxine) à plusieurs rats qu'il conserve enfermés dans des aquariums vides dans le sous-sol de --------------------. Il a fait des premiers tests sur des pêcheurs notoires et ceux-ci contractent bien le virus à partir de la morsure des rats, même si la maladie met un peu plus de temps à agir qu'à l'accoutumée.
Cortés croit agir au nom de son Dieu et préparer ainsi le jour du jugement dernier. Lorsqu'il en aura reçu le signe, il libérera ses rats dans les égouts de la ville qui en contamineront d'autres et finiront par s'en prendre aux hommes et laver Chicago de la corruption de qui y règne. Dieu reconnaîtra les siens. Cortés n'en doute pas un seul instant...

Description : Le père Cortés est grand et sec. Pas véritablement musclé, il arbore cependant une curieuse morphologie qui fait que sa peau semble véritablement coller à ses os et en fait ressortir à la fois les quelques muscles et les diverses ossatures. Son corps pourrait facilement servir à un cours d'anatomie si un professeur manquait des traditionnelles représentations d'écorché de la renaissance.
Son visage suit la même tendance : le père Cortés est émacié. Il a les joues naturellement creusées, un nez grec anguleux et des sourcils bien dessinés mais orientés de telle manière qu'ils lui confèrent toujours un air sévère et austère. Ses yeux sont d'un bleu acier et inspirent tantôt la confiance, tantôt la crainte : un mélange idéal pour pousser aux confessions et au repentir. Il a les cheveux courts et blancs pour l'essentiel, bien que ses tempes aient conservé une tonalité grisâtre. Il porte de courts favoris bien taillés qui lui descendent légèrement plus bas que le lobe des oreilles. Cette apparence lui fournit un certain charisme, ou plutôt une capacité naturelle à impressionner autrui, mais elle lui a surtout permis de camoufler les premiers signes de sa contamination à la Trioxine. Certains diraient que le père Cortés a toujours eu une apparence cadavérique de toute manière... Il n'y a donc pas beaucoup de changement.
Sa voix est forte, sèche et profonde. Il aurait pu chanter une certaine forme de blues dans une autre vie si il n'avait pas eu horreur de ce genre de musique. Cependant, cette voix se marie parfaitement au reste de l'apparence du père Cortés pour conférer à ses sermons une aura aussi sinistre qu'impressionnante. Cortés émaille également très souvent ses simples discussions de citations bibliques à l'effet retentissant, véritablement apocalyptique...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire