lundi 9 mars 2009

Poésie visuelle.

Il y a 2-3 démarches visuelles en ce moment que je trouve véritablement poétique.

Les premières, ce sont ces espèces de réunion "freeze" (j'ai oublié le nom exact) effectuées dans les grandes villes du monde (NY, Paris, Tokyo etc ont tous eu ce type d'événement). Le procédé est terrible : des gens se contactent spontanément via le net et, sans forcément se connaitre, se fixent tous RDV à telle heure, telle date et tel lieu. Ils s'y retrouvent, un organisateur explique globalement comment ça va se passer et communique un signal à tous. Ensuite, ils se déplacent vers le lieu de la performance (rue fréquentée, gare etc) et, au signal, ils freezent tous pendant quelques minutes, s'immobilisant totalement dans une position choisie mais quotidienne, comme si le temps, pour eux, s'était arrêté. c'est bluffant de voir les badauds continuer leur route ou bien s'interloquer devant ce spectacle de statues vivantes.
La gratuité et la spontanéité de ce genre d'événements font que j'y trouve quelque chose de très poétique, de très "humain" dans le sens où seul l'homme peut faire ce genre d'acte "pour la beauté du geste".
Bref, j'aime beaucoup.

L'autre truc qui génére des effets très poétique, lorsque c'est bien fait, ce sont les anamorphoses, ces dessins trompe-l'eil faits sur de grandes surfaces et créant des effets uniques. La dernière que j'ai vu (pas de mes propres yeux malheureusement) est celle d’Edgar Mueller faite sur le port de Dún Laoghaire pour le dernier Festival of World Culture, un des plus grands festivals d’été en Irlande. Elle a fini par générer des instants assez magiques, tels que celui-ci
Ce qui est marrant, c'est que, cette fois, l'artiste a fait une video du processus et des différentes étapes de l'anamorphose. c'est amusant de voir comment notre oeil se fait peu à peu prendre au jeu de l'illusion.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire